Skip to main content Skip to secondary navigation

L'économie irlandaise

L'économie irlandaise: la stabilité assurée et la croissance restaurée, l'attention se porte désormais sur la création d'emploi

Afin de se relever de la crise économique et financière mondiale, l'Irlande poursuit ses efforts réguliers et soutenus.

Après trois années successives de recul du produit intérieur brut, l'économie irlandaise a renoué avec la croissance en 2011 avec une augmentation de 1,4 % du PIB. Une croissance de 0.9% a été enregistré en 2012 et une croissance positive est prévue pour 2013. Une hausse modeste et continue est par ailleurs prévue sur le court-terme, et le rythme de la croissance s'accélèrera par la suite.

En février 2013, l'Irlande a conclu avec succès la neuvième mission d'examen trimestrielle du plan d'aide accordé par la «Troika»: la Commission européenne, la BCE et le FMI. L'objectif de ce plan pour l'Irlande est de s'attaquer aux faiblesses du secteur financier, de remettre l'économie irlandaise sur le chemin de la croissance durable et de la création d'emploi ainsi que de rétablir des finances publiques saines, tout en protégeant les plus démunis et les plus vulnérables. L’enveloppe de ce plan s'élève à un total de 85 milliards d'euros, avec une participation de 67,5 milliards d'euros de la part des partenaires extérieurs, dont 17,5 milliards d'euros seront avancés par l'État irlandais et 4,8 milliards proviendront de prêts bilatéraux du Royaume-Uni, du Danemark et de la Suède. Avant de la fin de mars 2013, l'Irlande a utilisé 84% du financement du programme.

Jusqu'à ce jour, L'Irlande a atteint ou dépassé les objectifs fixés par le plan d'aide, y compris les objectifs budgétaires quantitatifs. Plus de 190 engagements ont été respectés dans les temps.

L'Irlande a restructuré son système bancaire et recapitalisé ses banques. Les principales banques nationales commencent désormais à pouvoir obtenir un financement normal par le marché. L'Irlande reste fermement décidée à honorer ses objectifs en matière fiscale et à ramener son déficit budgétaire en dessous de la barre des 3 % du PIB en 2015.

Nous avons mis en place un programme considérable d'assainissement de nos finances publiques, dont le dernier budget pour 2013 comprenant des mesures conçues pour économiser/rapporter environ 29 milliards d’euros, soit 17 % du PIB estimé de 2013. Nous avons surpassé les objectifs fixés en ce qui concerne le déficit; la dernière estimation pour l'année 2012 suggère, en effet, un déficit de 8,2 %, soit 0,4 point de pourcentage de moins que prévu.

L'Irlande est ouverte au monde des affaires. Nous avons fait des gains de compétitivité significatifs, ce qui permet d'aider les entreprises étrangères et de soutenir le succès continu de l'Irlande concernant l'attraction d'investissement direct étranger (IDE). Malgré les défis majeurs sur le plan budgétaire, des incitations ciblées ont été mises en place, notamment sur les dépenses relatives à la recherche et sur la propriété intellectuelle, et le régime des visas a récemment été modifié afin que les entrepreneurs puissent investir ou s'installer plus facilement en Irlande.

Les secteurs de l'exportation soutiennent l'activité dans son ensemble en devenant un moteur de croissance chaque fois plus important. Notre balance des paiements se porte très bien et affiche depuis trois ans des excédents annuels. L'Irlande soutient ses exportateurs, ses entrepreneurs et stimule la recherche et le développement.

Une attention toute particulière est désormais portée sur la croissance économique créatrice d'emploi. De nouvelles initiatives ont été lancées afin d'encourager la création d'emploi à travers un ambitieuix Plan d'action pour l'emploi. En outre, l'approche du gouvernement «Pathway to work» (passerelle vers l'emploi) a été conçue pour renforcer l'insertion sur le marché du travail.

La restauration du système bancaire

L'assainissement budgétaire

L'Irlande, un pays ouvert au monde des affaires

La création d'emploi

L’Irlande, sur la voie de la reprise